Dernière mise à jour le 18 juin 2013

Les informations que l'on peut glaner sur la vie à Conakry sont rares et peuvent paraître à certains contradictoires voire effrayantes... Je vais donc m'efforcer de faire un petit récapitulatif pour répondre aux questions qui me sont fréquemment posées. Ces informations sont mises à jour régulièrement et restent bien entendu ouvertes aux commentaires, contestations et ajouts de rubriques !

Note : Si vous avez une question à poser vous pouvez le faire
de préférence en postant un commentaire à ce billet. Merci !

 Pour plus d'informations,
rendez-vous sur le blog Vivre en Guinée !


  • Le logement

EDIT du 18/06/2013
Les miniers ayant en majorité plié bagage, la folle effervescence liée au développement de leur activité est retombée comme un soufflé : beaucoup de guinéens se retrouvent sans emploi (chauffeurs, cuisiniers, nounous, femmes de ménage...) et les immeubles se sont vidés, ce qui implique que l'on est à nouveau en position de négocier les loyers. Premier prix non négocié pour un grand appartement, trois chambres, terrasse sur la mer à Camayenne : 1500$ contre 3500$ il y a un an :-)

Les quartiers dits sécurisés sont situés à Minière (quartier résidentiel) Coléah (corniche sud) et Camayenne.

Plus on s'éloigne de Kaloum, moins les loyers sont chers. Les appartements dans les quartiers pré-cités sont loués en moyenne :

- Minière : 700€ (deux chambres et un salon), 2000$ pour une petite villa
- Coléah : variable, entre 900$ pour un deux chambres, 1500$ trois chambres et il y a beaucoup plus cher...
- Camayenne : compter 2000$ pour un trois chambres

La commune de Ratoma est réputée pour être le coeur des troubles lors des périodes politiques agitées.

Il est important de choisir un appartement dans un immeuble doté d'un groupe électrogène étant donné que le raccordement à l'électricité est très aléatoire...

Des maisons avec piscine à Kipé peuvent se louer à 700/1000$, il existe des appartements à louer dans les 100/200€ mais sans groupe donc presque sans électricité du tout.

Louer une maison implique d'ajouter au loyer mensuel le salaire de deux ou trois gardiens + l'entretien et l'alimentation en gasoil du groupe électrogène (plus on s'éloigne de Kaloum, moins on bénéficie du courant, les factures de gasoil peuvent atteindre 800 euros/mois !).

Dans tous les cas les propriétaires ou gérants vous demanderont des loyers d'avance (3 à 6 mois, parfois même 1 an !).

Pour trouver un logement, la solution la plus efficace consiste à faire appel à un démarcheur avec un bon carnet d'adresses. Faire en revanche très attention aux immeubles gérés par des agences immobilières. Celles-ci n'ont parfois pas peur de facturer des "charges" aux locataires presqu'équivalentes au montant du loyer...

On peut trouver des annonces classées sur le site d'information GuinéeNews ou quelques offres de location et petites annonces sur Expat Blog.
En attendant de trouver un logement, il y a la solution de l'hôtel, une liste est présentée ici.

Sur ce sujet je vous conseille la lecture de la page "Installation/Se loger" du blog "Vivre en Guinée".


  • Raccordement des quartiers à l'électricité

- Kaloum : raccordé à l'électricité de façon quasi permanente
- Camayenne : bien alimenté, mais il peut y avoir des coupures (non prévisibles)
- Minière : il y a du courant de 18h à minuit ou de minuit à 06h
- Taouyah : quelques heures par semaine


  • Courses alimentaires

Pour les fruits et légumes, il y a le marché Niger (ou Madina pour la vente en gros) ainsi que beaucoup de vendeuses de légumes un peu partout, dans tous les quartiers.

Pour tout le reste, il y a soit encore le marché (on y trouve poulet, viande, spaghetti, sauces tomates, huile, sucre, farine, riz etc.), soit les supermarchés (Leader Price, Mini marché, L'Impérial, AZ... et plein d'autres supermarchés tenus par des libanais) où les prix sont environ 30% plus élevés que ceux pratiqués en France, surtout pour les produits frais. En gros, on retrouve assez facilement les produits et les marques françaises. Il y a aussi le choix dans les fromages à la découpe et les charcuteries, mais tout ça a un prix.


  • Achats pour la maison

Tout ce qui est vaisselle peut s'acheter sur place, dans des supermarchés ou des magasins de déco ou au Supermarché Bobo à Camayenne. Les verres, assiettes peuvent bien entendu s'acheter aux marchés Madina ou Niger, ce sont souvent les mêmes modèles d'importation chinoise un peu rustiques. Par contre on ne trouve presque pas de moules à gâteaux (ou de très mauvaise qualité). Il y a également des faitouts et couscoussières d'importation turque ou allemande.

On trouve facilement du linge de maison et des vêtements pour bébés et enfants dans des boutiques autour de Super Bobo, au marché ou à "l'Art de la table", boutique située non loin de l'ambassade de France.

L'achat des meubles peut se faire chez des commerçants spécialisés (on trouve tout, du bureau à la chambre aménagée) mais une autre solution consiste à commander des meubles chez le menuisier ou le forgeron qui réalisent sur plan ou photo des étagères, lits, bibliothèques, buffets et tout ce qu'on veut à des prix très abordables (ex : un lit style futon nous a coûté 30€ environ).

L'électroménager et les télévisions s'achètent neufs ou d'occasion chez des commerçants (essentiellement au quartier Manquepas, dans Kaloum et vers le marché Madina).


  • Coût de la vie

C'est une donnée difficilement évaluable car chacun a ses propres besoins et habitudes de consommation. La monnaie locale, le Franc guinéen est très instable, en ce moment (mars 2011) on divise par 10 500 pour avoir le monant en euro (il y a 6 mois on divisait par 9 300 et le mois dernier par 11 800).
En janvier 2013, 1€ = 9000 GNF.

Riz gras dans un boui-boui : 15 000 gnf
Pizza au resto : 60 000gnf
Plat du jour dans un resto : entre 25 000 et 40 000 gnf
Bouteille d'eau . 6000 gnf
Bière : 7000 à 10 000 gnf
Coca Cola au boui-boui : 2500 gnf

Bouteille de gaz : 320 000 gnf (500 000 gnf avec la consigne)
Litre d'essence : 9500 gnf
Connexion Internet (Livebox Orange) ou clé 3G (Orange, cellcom et autres) : 450 000 gnf/mois (+1 million l'installation concernant la livebox).


  • Santé

Il existe un centre médical (CMS) à l'ambassade de France, la consultation est au tarif sécu. Les moyens techniques étant insuffisants il arrive que des évacutations vers le Sénégal, le Maroc ou la France soient inévitables.

La Clinique Ambroise Paré située à Camayenne est la mieux équipée de la ville.

Paludisme : Le traitement antipaludéen se prend en curatif pour les résidents et non en préventif comme c'est le cas pour les séjours de courte durée dans les zones impaludées (pour plus de précisions, lire les commentaires de ce billet).
Il est recommandé de dormir sous moustiquaire. On en trouve très facilement, notamment face au marché Niger (soit à accrocher au plafond et border au matelas, soit faite sur mesure pour un baldaquin). Elles ne sont pas imprégnées.

Il vaut mieux éviter d'acheter des médicaments en Guinée. En cas de besoin, la pharmacie Manquepas, face au commissariat central de Kaloum, semble être l'une des plus dignes de confiance, on y trouve à peu près tout. Tout le monde la connaît.


  • Sécurité

Il n'y a pas, à mon sens, de quoi s'affoler sur ce sujet. Si des périodes politiques spécifiques engagent chacun à de la prudence et à se renseigner le plus possible sur les quartiers à éviter, la vie quotidienne à Conakry n'est pas du tout effrayante (pas de criminalité armée à tous les coins de rue, par exemple). On peut sortir le soir sans problème jusque tard dans la nuit.

Edit août 2011 : suite à la tentative d'assassinat du Président, les barrages militaires sont de retour à Conakry, de 23h à 6h. Toujours se déplacer avec ses papiers d'identité. Les conseils de l'ambassade de France sont . Être prudent, oui, mais s'affoler, toujours pas ! Même pour les familles avec enfants.


  • Famille avec enfants

- Scolarité :
Les enfants Français sont généralement scolarisés au Lycée Albert Camus, à Kipé. Pour connaître la liste des établissements privés à programme français, veuillez consulter le site de l'ambassade de France.

- Activités :
Des activités périscolaires sont proposées par le lycée. Les maisons ou résidences avec jardins et piscine et les hôtels dits "de luxe" (notamment les hôtels "Riviera" de Tombo ou Ratoma) permettent aux bambins de se retrouver joyeusement... Quelques plages sont nettoyées régulièrement, comme par exemple la plage de Rogbané à Taouyah, aménagée et très sympa. Il existe un seul parc, le "Jardin du 2 octobre" situé face au CCFG.

- Achats pour les petits :
Les petits pots, couches et autres produits d'hygiène se trouvent facilement dans les supermarchés (Impérial, Minimarché, Leader Price, et supérettes) mais cela reste cher.
Quelques boutiques proposent du matériel pour bébés :
* "Rachette" (près de Super Bobo) : vêtements et bodies de marque, biberons, gobelets etc.
* "Les Petits Chéris" (quartier Almamya à Kaloum) : vêtements et utilitaires.
* "Ten-Ten" (en face du Marché Niger) : vêtements et utilitaires.

On peut trouver du matériel d'occasion et des jouets sur les bords de route de la Minière, jusqu'à Bambéto.


  • Grossesse et accouchement

Pour le suivi de la grossesse, il y a le médecin de l'ambassade de France (pour un suivi basique mais tout de même utile car le CMS dispose d'un laboratoire), la Clinique Ambroise Paré à Camayenne, ou le CIMED à la Minière près du rond-point Hamdallaye. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle, qui pourrait rembourser votre billet d'avion si vous souhaitez accoucher dans votre pays d'origine (la Guinée est considérée comme un un pays où il n'est pas conseillé d'accoucher, en cas de souffrance foetale les moyens techniques ne seraient pas suffisants). Les échographies peuvent se faire au CIMED ou à la clinique Ambroise Paré. Il est préférable de ne pas limiter le suivi de la grossesse aux seuls praticiens exerçant en Guinée.


  • Sport

Il y a des salles de sport avec abonnement mensuel (à ma connaissance pas de ticket à la séance) ; les prix vont de 60€ (Vital Gym, près du marché Niger) à 130€ (Hôtel Riviera). Il existe également le "Sporting" à Taouiya qui dispose d'une piscine, d'une salle de squash et d'un court de tennis.


  • Transport

C'est bien le point noir de la vie à Conakry. Il n'y a quasiment pas de transports publics, les gens se déplacent essentiellement en taxi. La circulation est souvent paralysée par des embouteillages qui n'en finissent pas. Les sens interdits n'étant pas indiqués (enfin... si rarement et uniquement dans Kaloum) et les chauffeurs peu soucieux de cabosser leur carosse, qu'il faut vraiment bien connaître avant de se lancer au volant !

Se déplacer en scooter ou moto nécessite encore une fois d'être un pro du guidon, attention aux accidents...


  • Sortir

Il y a une quantité de maquis, de boîtes de nuits très fréquentées et de restos. Les week-end de saison sèche on peut prendre une pirogue au port de Boulbinet ou au "Petit Bateau" pour se prélasser sur les îles de Loos. Cela coûte entre 250 et 300 000 francs l'A/R  pour la pirogue, à partager à plusieurs.


  • Voyager dans le pays

Les barrages avaient été supprimés après les élections (décembre 2010) puis réinstallés en juillet 2011. Ils ont été globalement de nouveau supprimés.
Les prix des chambres dans les hôtels et guesthouses sont généralement aux alentours de 12 à 25€ la nuit. Il n'y a pas une foule d'adresses, encore moins de "bonnes adresses". Surtout ne pas se fier aux indications du Petit Futé qui se réfère à un temps révolu (Lonely Planet, idem !). Même les téléphones mentionnés correspondent à l'ancienne numérotation.

Il faut absolument sortir de Conakry, la Guinée est un pays magnifique. Il n'y a pas du tout de tourisme et l'on est très bien accueilli par les Guinéens.


  • Femme seule

Je ne crois pas qu'il y ait de danger particulier à être une femme seule en Guinée.


  • Animaux de compagnie

Il y a plusieurs vétérinaires à Conakry et tout peut s'acheter sur place : caisse, bols, croquettes, boîtes, litière etc. A l'aéroport vous devrez fournir le carnet de santé de votre animal mentionnant les vaccins, dont impérativement celui contre la rage. Il devra être assorti d'un certificat de bonne santé et de la sérologie antirabique.
Explication : Un mois minimum après avoir fait le vaccin, le vétérinaire fera une prise de sang à envoyer à un laboratoire agréé par l'UE qui vous délivrera un certificat de vaccination antirabique. Le rappel du vaccin devra ensuite être réalisé tous les ans, faire donc très attention aux dates, ne jamais attendre plus de douze mois ! Il faudrait recommencer la sérologie...
Pour rentrer en France, il faudra faire un certificat de bonne santé juste avant le départ. Ces certificats se font directement à l'aéroport Gbessia et sont une pure formalité, voyez plutôt .


Dernière mise à jour le 18 juin 2013

i_love